La vie juive à l’heure du coronavirus

La crise du coronavirus met tout le monde à rude épreuve. Mais elle renforce aussi la solidarité ainsi que l’esprit communautaire. En tant qu’organisation faîtière de la communauté juive de Suisse, la FSCI soutient les efforts des communautés et se tient à leur côté.

La crise du coronavirus a pris au dépourvu et frappé durement la société suisse. Tout comme la communauté juive du pays. Privée de la plupart de ses activités, la vie communautaire, soudain, s’est comme arrêtée. Le Séder de Pessah, en particulier, s’est déroulé dans le cadre familial le plus strict, voire dans la solitude. Une situation inaccoutumée pour tout le monde et angoissante par son ampleur.

Des communautés engagées

C’est une communauté juive de Suisse immensément engagée et solidaire qui a fait face à cette situation hors du commun. Soutenues par de nombreux volontaires, les communautés juives ont réagi rapidement et mis en œuvre une gamme étendue de mesures et de prestations. Les personnes âgées et les personnes à risque ont été contactées par téléphone et aidées pour leurs achats. Particulièrement actifs, les services sociaux des communautés ont secouru immédiatement les personnes ayant besoin d’une aide rapide et sans formalités. L’approvisionnement en denrées casher et en produits de Pessah a été maintenu en continu. Et la communauté a innové en ouvrant de nouvelles pistes telles que des shiurim par téléphone, l’instruction religieuse virtuelle ainsi que le Kabbalat Chabbat, la Havdalah et autres moments de recueillement streamés en ligne.

Le soutien de la FSCI

La FSCI a immédiatement mis ses ressources et ses prestations de conseil au service d’une bonne gestion des retombées de la crise. Elle a assuré un échange virtuel régulier entre les communautés et s’est tenue en actes et en conseils à leur côté. Les responsables des communautés ont, en effet, été confrontés à de nombreuses questions, dont celle de savoir en quoi la communauté juive pouvait aider la société en général. Reprenant cette idée, quelques communautés juives ont proposé de mettre des hébergements à la disposition de l’armée si celle-ci en avait besoin et en faisait la demande. La FSCI a également conseillé ses partenaires lorsqu’il s’est agi d’importer des denrées casher et des produits de Pessah et de les distribuer à l’échelle du pays et les a aidés, si besoin, à surmonter des difficultés d’approvisionnement. Les denrées casher n’ont manqué à aucun moment de la période de confinement.

Assouplissements et retour à une normalité partielle

La FSCI a commencé très tôt à chercher avec les autorités de santé compétentes des solutions permettant d’assouplir et de normaliser sans danger les cérémonies religieuses. Les organisations faîtières juives de la FSCI et de la PJLS avaient déjà élaboré et soumis fin avril aux instances fédérales un concept de protection sophistiqué pour la célébration des services religieux juifs. Et c’est à la condition que ce concept soit appliqué et respecté que le Conseil fédéral a finalement levé l’interdiction qui pesait sur les services religieux, juste à temps pour Chavouot.

Depuis que les services religieux sont à nouveau autorisés, se fait également sentir dans d’autres activités un retour lent et graduel à la normale. Mises à rude épreuve durant toute cette période, les communautés ont accompli un excellent travail. La FSCI sera également à leur côté, les accompagnant de près, pendant les prochains mois.

Au concept de protection actuel

Social