Une nouvelle fois, la FSCI porte plainte contre le PNOS, le parti des Suisses nationalistes

Le parti des Suisses nationalistes a fait paraître un écrit antisémite dans une publication. En cette période où les théories du complot antisémites connaissent un regain de vigueur, cette publication contribue à renforcer la haine des juifs. La FSCI a donc, une nouvelle fois, porté plainte contre le PNOS.

Le parti d’extrême droite PNOS a reproduit, dans son magazine « Harus », les «Protocoles des sages de Sion », un texte incendiaire. En diffusant ce pamphlet antisémite, il propage sciemment le mythe d’une conjuration internationale juive. C’est pourquoi, la FSCI a déposé une plainte auprès du ministère public de l’Oberland bernois pour violation de la norme pénale sur le racisme, art. 261bis CP.

Incitation à la haine des juifs

Il s’agit certainement du pamphlet antisémite le plus connu et le plus immonde du XXe siècle : les « Protocoles des sages de Sion ». Manifestement falsifié, ce texte serait le procès-verbal d’une réunion de « conspirateurs juifs », qui y exposeraient leurs projets de domination mondiale. Les « Protocoles » ont été rédigés vers 1900 en Russie par des antisémites et ont été colportés ensuite dans le monde entier.

Aujourd’hui justement, du fait de la pandémie du coronavirus, les théories du complot, elles aussi sous-tendues d’antisémitisme, gagnent de nouveau en popularité. La publication des « Protocoles » ne fait qu’alimenter ces mythes et susciter la haine des juifs. Que ce soit l’objectif des membres du PNOS devient évident lorsqu’on lit l’avant-propos dont ils ont préfacé les « Protocoles » : « Qu’ils soient authentiques ou non ne doit pas nous préoccuper, car ce qui nous intéresse principalement, c’est le contenu. »

Loin d’être la première plainte

Ce n’est pas la première fois que le PNOS et ses représentants se font remarquer par des propos antisémites. Tobias Steiger, membre du PNOS, fait déjà l’objet de plusieurs plaintes pour violation de la norme pénale sur le racisme. L’année dernière, la FSCI a également attaqué en justice les membres de la direction du PNOS pour avoir publié sur leur site Internet une citation appelant à stériliser de force tous les juifs, citation à laquelle ils souscrivaient implicitement.