Seder-matching pour personnes vivant seules à l’ère du Corona

Nous préparons la seconde fête de pessah à l’ère de la pandémie du Coronavirus. La communauté israélite de Bâle IGB a trouvé une solution. Elle établit des contacts entre des familles et des personnes qui vivent seules afin qu’elles puissent fêter le seder ensemble.

Cette année, pessah sera à nouveau plutôt modeste, puisque la lutte contre la pandémie continue d’imposer des restrictions. Les fêtes en famille pourront avoir lieu, mais il ne sera pas possible d’organiser des seder ou fêtes communautaires. Cette restriction sera particulièrement pénible pour les personnes qui vivent seules, mais la solidarité des communautés juives ne se dément pas. Les communautés proposent des solutions virtuelles et un soutien direct pour éviter que leurs membres ne se sentent isolés. La communauté israélite de Bâle (IGB) propose un service particulier : ses membres ouvriront leurs portes pour accueillir ceux qui n’ont personne pour fêter le seder.

« Seder-Matching » pour invités et hôtes

L’hospitalité est une tradition importante de la fête de pessah. Les familles ouvrent leurs portes même à des inconnus qui ne peuvent pas passer la fête avec leur famille. La situation actuelle ne permettant pas de grandes réunions, les communautés ne pourront pas organiser de seder communautaire. « Le Seder-matching s’imposait donc » dit Ayala Stefansky, responsable de la coordination de ce service auprès de l’IGB. Elle s’est occupée des inscriptions qu’elle a reçues. Même avant la pandémie, l’IGB recevait des demandes des membres qui ne voulaient pas rester seules pour le seder et cherchait à les satisfaire. C’est ainsi qu’elle a développé cette idée : coordonner les familles qui ouvrent leurs portes avec des personnes vivant seules. La communauté a lancé un appel, puis établi les contacts entre les hôtes et leurs invités.

Cohésion communautaire malgré la pandémie

Pourtant, il faudra rester vigilant en raison de la pandémie, en respectant les concepts de protection et les mesures de précaution. Les personnes vulnérables, elles aussi, pourront profiter de ce service, à certaines conditions. Les hôtes potentiels, eux aussi, voient les difficultés de la situation actuelle. Malgré toutes les difficultés, l’IGB a réussi à trouver une place pour chaque demande. Ainsi, chacun pourra célébrer la fête au sein d’une communauté. C’est un message important à l’ère de la pandémie.