Un mémorial suisse dédié aux victimes du national-socialisme – concept remis au Conseil fédéral

Aujourd’hui a été remis au Conseil fédéral un concept demandant l’édification d’un mémorial dédié aux victimes du national-socialisme et devant faire naître à Berne un lieu innovant de mémoire, de transmission et de mise en réseau. La FSCI, qui a fourni à ce projet une collaboration intense, était aujourd’hui à Berne, où avait lieu la remise de celui-ci.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, des milliers de personnes cherchant protection ont été refoulées à la frontière suisse au prétexte que la barque était pleine. Beaucoup ont été reconduites à la frontière. Il y a également eu des victimes suisses du national-socialisme, qui ont été persécutées, internées et déportées. Or, il n’y a pas, en Suisse, de lieu officiel du souvenir et de la transmission. Telle est la raison pour laquelle a été remis aujourd’hui au Conseil fédéral, à Berne, un concept prévoyant un « mémorial suisse dédié aux victimes du national-socialisme ». Complété d’une offre didactique sans précédent, il fournira au débat sur le racisme et l’antisémitisme, ainsi que sur la solidarité et le courage civique, une contribution à la conscientisation, qu’elle soit du moment présent ou de l’avenir.

Rappeler, transmettre et relier – un concept innovant pour un mémorial suisse

« Nous sommes convaincus », a dit le président de la FSCI Ralph Lewin, « d’avoir remis aujourd’hui au Conseil fédéral un concept innovant, ne faisant pas qu’évoquer le passé, mais tourné également vers l’avenir. Ce mémorial a surtout vocation à sensibiliser les jeunes Suissesses et Suisses aux valeurs que sont l’État de droit, la démocratie et les droits de l’homme. » Ce sera un lieu de parole et de réflexion vivant, ayant pour maîtres-mots « rappeler - transmettre – relier ». Ce sera un lieu de mémoire, situé dans l’espace public et prenant la forme d’une intervention artistique en ville de Berne, ce sera un lieu de transmission, garantissant par le biais d’expositions permanentes et temporaires la fonction d’éducation et de transmission de l’information, et ce sera un lieu de mise en réseau doté d’une base de données des victimes, rattachant les uns aux autres les lieux de mémoire existants. Cette combinaison de mémoire et de transmission est pour la Suisse quelque chose de nouveau et de totalement inédit.

Le concept de ce mémorial suisse a été élaboré par l’Organisation des Suisses de l’étranger OSE, l’Amitié Judéo-Chrétienne en Suisse, les Archives d’histoire contemporaine de l’EPF de Zurich, le Centre d’études juives de l’Université de Bâle et la Fédération suisse des communautés israélites FSCI. Ce projet s’est déjà acquis un vaste soutien de la société civile, des Églises, des associations musulmanes ainsi que des milieux de la politique et de la culture.

La FSCI convaincue de la nécessité du « mémorial »

Marqués, entre autres, par la crise du Covid, les développements de ces derniers mois sont alarmants. Les réseaux sociaux font apparaître une montée massive du racisme et de l’antisémitisme. Les discours de haine, les insultes ainsi que, surtout, les théories du complot atteignent un niveau élevé. Le mémorial a notamment vocation à inciter les générations futures à entamer une réflexion critique sur ce que signifient les mots préjugés et exclusion. Au cœur de ce projet sont la démocratie et la protection des droits de l’homme. Grâce à des expositions, des événements et des ateliers de niveaux d’âge appropriés, il attirera surtout des classes d’école et des jeunes du pays tout entier et non seulement un public concerné par le sujet.

Plus d’informations : www.swissmemorial.ch