Réflexions sur les manifestations aux USA

Les vidéos choquantes de la mort de George Floyd à Minneapolis ont horrifié les USA et entraîné des manifestations dans l’ensemble du pays. À l’origine, une intervention de la police qui fait remonter à la surface les problèmes de fond que sont les brutalités policières, un racisme structurel ainsi que le profilage racial.

Ici aussi, en Suisse, nous avons regardé ces derniers jours les USA et vu ce qui s’y passe avec stupeur et sans oser y croire. Je suis profondément choqué du fait que, au seul motif de la couleur de sa peau, on puisse avoir à craindre d’être blessé ou tué lors d’une rencontre avec la police. Qu’il en soit ainsi au nom d’un véritable système d’oppression des minorités est consternant et inacceptable.

Mais regarder par-delà l’Atlantique et y pointer du doigt un « problème américain » serait trop facile. Des problèmes et des injustices similaires, dus au racisme, n’existent-ils pas aussi en Europe et Suisse? Bien évidemment que oui. Le racisme et le profilage racial existent aussi chez nous. Peut-être pas avec une ampleur aussi massive qu’aux USA. Mais celles et ceux qui en souffrent ne respirent pas plus librement pour autant. Et balayer devant sa propre porte n’a jamais fait de mal.

Chacun et chacune de nous, et l’État le premier, devrait régulièrement se demander ce qu’il doit faire pour ne pas discriminer ni dénigrer quelqu’un en raison de la couleur de sa peau, de son origine ou de sa religion. Peut-être sans même en être conscient. Et se demander aussi comment s’opposer à toute forme de racisme. Ce qu’il faut, c’est y mettre du cœur. Ce qu’il faut, c’est une société solidaire. De même qu’une volonté politique et une volonté juridique. Mais ce qui reste sans doute le plus important est de ne pas se taire. Parlons du racisme, parlons-en et prononçons-nous contre chacune de ses formes. Tout le temps et partout.

Herbert Winter, Président de la Fédération suisse des communautés israélites FSCI