Réflexion pour un dialogue authentique sur le conflit israélo-palestinien

Après plusieurs années de réflexion, la Commission de dialogue entre juifs et protestants CDJP livre d’importantes approches historiques et théologiques sur des notions-clés en lien avec le conflit israélo-palestinien ainsi que des considérations fondamentales.

Le conflit du Proche-Orient est un problème épineux. Les débats en lien avec cette question peuvent devenir un enjeu en soi et risquent souvent de sortir du cadre d’une discussion constructive. La CDJP a également remarqué que les débats en lien avec le conflit du Proche-Orient sont souvent menés de manière unilatérale et sans nuance. L’une des principales raisons en est que les interlocuteurs définissent leurs positions en fonction de leur propre point de vue, de leurs projections personnelles et de la mémoire collective. Prendre conscience de sa propre empreinte religieuse ou de sa propre vision du monde aide au traitement objectif de la question. C’est pour favoriser une telle prise de conscience et un dialogue plus nuancé que la CDJP publie « Terre d’Israël, État d’Israël, Terre sainte ».

Arriver à un dialogue objectif par la connaissance

Depuis 1987, la Commission de dialogue CDJP est soutenue conjointement par l’Église protestante réformée EERS et par la FSCI. Cette commission paritaire se donne pour mission de promouvoir le respect mutuel entre chrétiens et juifs et d’œuvrer pour une culture fiable. Dans sa publication, la CDJP ne propose pas de solutions politiques. Ce n’est pas de son ressort. Sa contribution consiste à montrer quelles sont les conditions d’un dialogue authentique afin de venir à bout des opinions unilatérales professées par les parties en présence. Une connaissance approfondie des situations historiques, politiques, culturelles et religieuses est indispensable pour mener un dialogue objectif et nuancé. La Commission souhaite, grâce à une réflexion de fond impartiale, lutter contre les préjugés tenaces, abandonner les points de vue unilatéraux et plus généralement, dépassionner les débats.