Rapport sur l’antisémitisme 2020 – dans l’entourage des rebelles du corona

La Fédération suisse des communautés israélites FSCI publie aujourd’hui, en collaboration avec la Fondation contre le racisme et l’antisémitisme GRA, le rapport sur l’antisémitisme 2020 en Suisse alémanique. La diffusion de théories du complot en ligne continue d’être préoccupante. Ce qui est également alarmant dans l’entourage des rebelles du corona, c’est l’instrumentalisation croissante de la Shoah.

Dans de nombreux domaines, les chiffres de l’antisémitisme pour 2020 sont comparables à ceux de l'année précédente. Cependant, dans notre pays, la pandémie du coronavirus a une influence considérable sur les formes et les modalités de l’antisémitisme. Ce sont les principales conclusions du Rapport sur l’antisémitisme 2020 en Suisse alémanique, qui a été publié aujourd'hui. La FSCI et la GRA en sont les éditrices. Plus précisément, hors Internet, 47 incidents antisémites ont été dénombrés en 2020, ce qui signifie que le nombre des insultes, des déprédations et des graffitis se maintient à un faible niveau, semblable à ce qu’il était l’année précédente. Sur Internet, nous avons enregistré 485 incidents en 2020, ce qui indique une relative stabilisation, mais à un niveau élevé. On estime que, dans ces deux sphères, le nombre des cas non recensés demeure élevé.

La pandémie du coronavirus, un déclencheur d’antisémitisme

L’influence de la pandémie du coronavirus est particulièrement évidente dans l’augmentation des théories du complot antisémites, liées à la pandémie dans près de la moitié des cas. De plus, au sein des canaux en ligne, un glissement majeur a eu lieu vers les chats de groupe du service de messagerie Telegram, sur lequel un tiers de l’ensemble des incidents en ligne ont été répertoriés : théories du complot ainsi que propos et photos à contenu antisémite. Mais de nombreuses réactions de rejet provoquées par ces posts ont pu être observées, ce qui semble indiquer que cette idéologie antisémite ne fait pas la majorité au sein des rebelles du corona. Cependant, le nombre des incidents en lien avec le coronavirus et l’attirance exercée par les rebelles du corona sur des personnes aux opinions antisémites démontrent que la pandémie du coronavirus a la capacité d’accroître et de propager l’antisémitisme. D’une part, la FSCI et la GRA demandent aux autorités de renforcer les mesures de prévention et de répression dans ce domaine. D’autre part, il faudrait que les plateformes de médias sociaux assument leurs responsabilités et prennent des mesures efficaces contre la diffusion de ce genre de contenus. Plus généralement, tous les individus, le monde politique et les institutions de formation sont appelés à s'opposer clairement et activement au contenu des théories du complot et à leur dissémination.

Instrumentalisation de la Shoah par les rebelles du corona

Observées à maintes reprises, de nouveau dans le milieu des rebelles du corona, les comparaisons inappropriées avec le régime du national-socialisme et avec la persécution et l’assassinat des juifs durant la Shoah nous paraissent extrêmement problématiques. Ainsi on a pu voir, autant sur Telegram que dans les manifestations, des « étoiles juives » portant l’inscription « non vacciné » ou « masque certifié ». Dans ce contexte, du fait de leur quantité, de leur fréquence et de leur propagation, ces comparaisons conduisent à affaiblir la perception des événements qui se sont déroulés à l’époque et donc, à les rendre anondins. La FSCI et la GRA appellent avec insistance à s'abstenir d'utiliser la Shoah comme un argument de débat quotidien et à s’opposer fermement à son instrumentalisation dans tous les débats sociopolitiques également.

Situation nationale

La situation en Suisse romande est évaluée par la Coordination Intercommunautaire Contre l'Antisémitisme et la Diffamation CICAD et présentée dans son propre rapport. Une synthèse commune résume les tendances majeures. L’évolution est sensiblement la même dans ces deux régions de Suisse, même si l’on note quelques différences dans les catégories. En Suisse romande, alors que les incidents hors ligne ont diminué, en ligne, leur nombre a nettement augmenté. La négation de la Shoah, phénomène mineur en Suisse alémanique, a connu un nouveau recul par rapport à l’année précédente. Dans ces deux régions nationales, on a pu constater en 2020 une nette progression des théories du complot antisémites, en lien avec la pandémie du coronavirus.

Rapport à télécharger

Vers le rapport de la CICAD