Rapport sur l’antisémitisme 2018 - les discours de haine postés sur Internet inquiètent

La Fédération suisse des communautés israélites FSCI et la Fondation contre le racisme et l’antisémitisme GRA publient aujourd’hui leur Rapport sur l’antisémitisme 2018 pour la Suisse alémanique. Il ressort de celui-ci que, hors Internet, le nombre des incidents antisémites physiques et verbaux est stable. Les propos et les menaces antisémites circulant sur Internet et les réseaux sociaux continuent à inquiéter.

En dehors de la toile, 42 incidents antisémites ont été reportés en 2018, dont 1 cas de voie de fait, 11 d’insultes et cinq de graffitis, mais pas de déprédations. A ceci s’ajoutent les cas qui ne sont pas signalés et qui constituent sans doute un chiffre gris important. Profondément remanié, le Rapport sur l’antisémitisme présenté cette année propose des analyses et des statistiques plus détaillées ainsi que des exemples de définitions et de méthodes plus complets.

Discours de haine et théories du complot sur Internet

Les incidents antisémites violents sont moins nombreux en Suisse que dans des pays tels que l’Allemagne ou la France. Pour ce qui est des propos et des menaces antisémites postés sur Internet, en revanche, le niveau semble être du même ordre que dans les autres pays européens. Plus de 90 pour cent des occurrences en ligne, répertoriées en Suisse alémanique, sont véhiculées par les deux plateformes de médias sociaux Facebook et Twitter. Cette constatation corrobore les tendances et les faits observés en relation avec d’autres aspects du phénomène que constituent les discours de haine en circulation sur Internet.

S’agissant des contenus, deux tiers des incidents, occurrences en ligne comprises, relèvent des catégories « Théories complotistes antisémites » et « Antisémitisme en rapport avec Israël ». Les théories du complot antisémites circulent actuellement en assez grand nombre. L’antisémitisme en rapport avec Israël, quant à lui, a souvent pour origine des événements se produisant au Proche-Orient. Qualifiés de « déclencheurs », ces événements suscitent pendant un certain temps un nombre beaucoup plus élevé d’incidents antisémites. Comme le montre le Rapport sur l’antisémitisme, ces déclencheurs sont la cause principale des pics de recrudescence que connaissent les incidents répertoriés.

Une action ciblée contre les discours de haine sur Internet s’impose

Cela fait des années que les discours de haine se multiplient sur Internet, et il est frappant d’observer que la plupart d’entre eux ne sont pas publiés anonymement, mais signés du nom de leur auteur et accompagnés d’une photo de profil rendant celui-ci parfaitement reconnaissable. La FSCI et la GRA estiment qu’il est urgent d’agir. Cette injonction s’adresse à la sphère politique, mais également aux exploitants des plateformes de réseaux sociaux. Les discours de haine doivent être endigués et les mesures proposées à cet effet devront être davantage accompagnées de programmes d’éducation et de prévention.

Téléchargement du Rapport sur l’antisémitisme 2018 :

Antisemitismusbericht 2018
Zusammenfassung der Analyse des Antisemitismusberichts 2018

Rapport sur l'antisémitisme 2018
Résumé de l’analyse du Rapport sur l’antisémitisme 2018

Riassunto dell’analisi del Rapporto sull’antisemitismo 2018

Summary of the Report on Anti-Semitism 2018

Éditions précédentes du rapport sur l’antisémitisme :
www.antisemitisme.ch