Plus une place de libre

Les préparatifs de l’assemblée des délégués de la Fédération suisse des communautés israélites FSCI et de la soirée qui la suivra tournent à plein régime. Jusqu’à dimanche, toute l’équipe de la FSCI sera à la manœuvre en vue d’une journée zurichoise qui s’annonce exceptionnelle et ponctuée de temps forts dont le secrétaire général de la FSCI se fait d’avance une joie.

L’assemblée des délégués de cette année se tiendra à Zurich et, fait marquant, à l’invitation de trois communautés juives. Que signifie cette invitation commune ?

C’est la première fois, en 115 ans d’histoire de la FSCI, que trois communautés zurichoises de celle-ci, à savoir la Israelitische Cultusgemeinde ICZ, la Israelitische Religionsgesellschaft IRG et Agudas Achim, invitent ensemble à une AD, la première fois aussi que trois communautés s’unissent pour le faire. Il y a là quelque chose de tout à fait spécial, un beau signe de la cohésion qui règne au sein des communautés juives. Et nous apprécions également le fait que, pour la première fois depuis son affiliation à la FSCI, Agudas Achim soit de la partie.

Qu’est-ce que l’AD de cette année à de particulier ?

Par exemple que le Zürcher Synagogenchor soit constitué pour cette soirée du chœur de l’ICZ et de chanteurs du Synagogenchor de l’IRG, fait sans précédent sous cette forme. Bien que la présence d’un conseiller fédéral n’ait rien d’exceptionnel en soi, nous nous réjouissons néanmoins et sommes fiers que le conseiller fédéral Ignazio Cassis ait trouvé le temps de venir saluer nos membres et nos invités.

Le programme de cette année a visiblement mis dans le mille. C’est la première fois depuis que l’AD est suivie d’une soirée que nous allons afficher « complet ». Il y aura tellement de monde que nous serons obligés de transmettre les débats dans une salle d’appoint. Le fait que les communautés se soient mises à trois pour lancer les invitations et que l’AD ait lieu un dimanche y est certainement pour quelque chose, sans compter l’attractivité que présente, comme invité d’honneur, le conseiller fédéral Ignazio Cassis.

Des personnalités importantes du monde de la politique ainsi que, bien évidemment, le conseiller fédéral vont prendre la parole. Que doivent en déduire la FSCI et les juifs suisses ?

La présence de ces personnalités montre que ce pays nous accepte comme minorité religieuse et qu’il nous respecte. On nous témoigne du respect ! De plus, nous honoreront de leur présence de nombreux conseillers d’État, de conseillers nationaux, de conseillers aux États et d’ambassadeurs, ce qui ne peut que nous nous faire plaisir.

Qu’attendez-vous tout particulièrement de cette soirée ?

J’attends avec impatience les intermèdes musicaux du Zürcher Synagogenchor et me réjouis, cela va sans dire, d’entendre le discours du conseiller fédéral Ignazio Cassis et de discuter avec lui. Je n’en reviens pas qu’il y ait autant monde. Je suis certain que nous n’allons pas nous ennuyer et que la soirée sera passionnante. Même si je n’étais pas l’« invité de métier » qu’est forcément le secrétaire général de la FSCI, je n’aurais raté pour rien au monde cette soirée.