Partenariat entre l’Aumônerie de l’armée et la FSCI

L’Aumônerie de l’armée et la FSCI vont nouer un partenariat. Il est prévu que l’Aumônerie de l’armée engage également des intervenants juifs. Pour ce qui est de la formation et de la sensibilisation, est envisagée une coopération entre le projet de la FSCI Likrat Public et l’armée.

La FSCI va nouer avec l’armée suisse un partenariat ayant pour objet l’aumônerie et la formation. Ce partenariat aura pour base les nouveaux principes et les nouvelles directives que l’armée a promulgués pour l’Aumônerie en mars 2020. La nouveauté est que, outre les Églises, d’autres communautés religieuses sont également invitées à s’engager sous forme de partenariats au sein de l’Aumônerie de l’armée. En sa qualité d’organisation faîtière et de représentante de la communauté juive, la FSCI est entrée en dialogue avec l’armée et a discuté avec elle des conditions d’un engagement.

L’Aumônerie de l’armée s’ouvre à d’autres communautés religieuses

Avec les nouveaux « Principes de l’Aumônerie de l’armée », l’armée ouvre la voie à une nouvelle approche des antécédents confessionnels, religieux et idéologiques de ses membres et tient également compte des réalités de la vie en Suisse. Seront admises à nouer des partenariats avec l’Aumônerie de l’armée, les communautés religieuses dont les organisations faîtières ont conclu un partenariat avec l’Aumônerie de l’armée. Elles devront en outre adhérer aux principes convenus et les professer. De leur côté, les communautés religieuses auront notamment le droit de recommander des représentantes et des représentants à l’Aumônerie de l’armée. La FSCI réfléchit très sérieusement aux personnes aptes à entrer dans l’Aumônerie de l’armée, laquelle s’est montrée jusqu’ici très ouverte aux idées et aux possibles propositions de la FSCI.

Likrat Public comme programme de formation dans l‘armée

Au cours de ses entretiens avec l’armée, la FSCI a proposé un travail de formation commun. Likrat Public, son projet de sensibilisation et de prévention, pourrait, a-t-elle expliqué, soutenir, sur le plan spécifique de la sensibilisation, la nouvelle approche intégrative de l’armée. Là encore, celle-ci se dit ouverte à une coopération signifiant clairement que l’exclusion, le racisme et l’antisémitisme n’ont pas leur place dans ses rangs. Élaboré d’entente avec les services compétents de l’armée, le programme de sensibilisation pourrait s’articuler sur les expériences faites avec Likrat Public, sur des rencontres, sur des transmissions de connaissances et sur le dialogue. Les rencontres personnelles sont le moyen le plus sûr d’éliminer les préjugés. La FSCI, qui a beaucoup apprécié l’attitude ouverte et constructive de l’armée, est convaincue que cette coopération très prometteuse sera riche en enseignements et en résultats pour les deux parties.