Les juifs suisses rejettent l’initiative parlementaire Addor

L’initiative parlementaire Addor exige qu’il n’y ait pas d’aumôniers musulmans dans l’armée suisse et que la loi fédérale sur l’armée stipule expressément que seuls les aumôniers chrétiens puissent être admis à cette fonction. Voyant là une violation de la liberté religieuse et de la liberté de choix qui doivent prévaloir pour l’aumônerie de l’armée, La Fédération suisse des communautés israélites FSCI et la Plateforme des Juifs Libéraux de Suisse PJLS rejettent l’initiative.

L’initiative parlementaire déposée le 29.09.2017 par Jean-Luc Addor (UDC) exige une modification de la loi fédérale sur l’armée en ce sens que seuls des aumôniers chrétiens pourraient être admis dans l’armée suisse.

Or, toute personne qui, servant dans l’armée, traverse une crise personnelle, devrait avoir le droit de consulter un aumônier de sa propre religion. Si, comme l’explique Jean-Luc Addor, les aumôniers chrétiens sont certes à la disposition de tout membre de l’armée, quelle que soit sa religion ou sa confession, il est important pour une personne croyante de pouvoir échanger et trouver conseil et consolation auprès d’un religieux de même confession qu’elle, surtout dans des périodes de grande détresse.

Même si l’armée suisse ne compte actuellement que des aumôniers chrétiens, il importe de faire barrage avec fermeté à toute tentative de faire inscrire dans la loi une interdiction excluant les aumôniers d’autres appartenances religieuses, ne serait-ce qu’au nom de la liberté religieuse garantie par la Constitution. Tous les Suisses sont égaux devant la loi. Il faut qu’ils continuent à l’être également devant la loi sur l’armée. Toute personne servant dans l’armée doit avoir le droit et la possibilité de faire appel à un aumônier de sa religion.

À la prise de position