En mémoire d’Eduard Kornfeld

Mardi, Eduard Kornfeld, survivant de la Shoah, est décédé à l’âge de 91 ans. Eduard Kornfeld était une personnalité importante luttant contre l’oubli de la Shoah. Il s’est engagé avec opiniâtreté pour le souvenir et l’information. La Fédération suisse des communautés israélites FSCI honore sa mémoire et exprime ses plus sincères condoléances à sa famille.

Pour Eduard Kornfeld, préserver le souvenir de la Shoah était devenu la mission centrale de sa vie. Il allait parler aux classes, tenait des conférences, se rendait avec des enseignants à Auschwitz-Birkenau ou participait à l’élaboration de documentations. Dans l’une de celle-ci, il déclarait : « Il ne faut pas prendre pour acquise la liberté dont nous jouissons aujourd’hui. Nous ne devons pas devenir des suiveurs, nous devons nous battre pour notre liberté. » Pour Eduard Kornfeld, il était évident que se souvenir contribuerait à lutter contre l’antisémitisme, le racisme et la discrimination et à empêcher que ne se répètent les terribles événements du passé.

Eduard Kornfeld – d’Auschwitz en Suisse en passant par Dachau

Eduard Kornfeld est né et a grandi dans ce qui est aujourd’hui la Slovaquie, près de Bratislava ; à quatorze ans, il a été déporté à Auschwitz et a survécu à plusieurs sélections ainsi qu’à la tuberculose, à la malnutrition et enfin aux marches de la mort vers Dachau. Lorsque ce camp a été libéré le 29 avril 1945, Eduard Kornfeld ne pesait que 27 kilogrammes. Pour se rétablir, il est venu en Suisse où il est resté bien qu’ici aussi, il ait été quelquefois confronté à la discrimination. Surmontant tous les obstacles, Eduard Kornfeld a effectué une formation de sertisseurs de pierres précieuses et a pris son indépendance avec succès. Il a fondé une famille avec sa femme Ruth, a eu trois enfants et sept petits-enfants.

La FSCI honore la mémoire de l’un des derniers témoins de la Seconde Guerre mondiale

Une fois encore, la communauté juive et la Suisse doivent prendre congé pour toujours d’un survivant de la Shoah. Quelque temps à peine après la mort de Gábor Hirsch, voilà qu’un autre témoin de la Shoah disparaît en la personne d’Eduard Kornfeld. Cela nous fait douloureusement prendre conscience qu’il ne faudra pas longtemps avant que les victimes de ces terribles crimes contre l’humanité ne puissent plus en raviver la mémoire eux-mêmes. La FSCI honore l’une des dernières personnes de Suisse qui pouvait parler de son histoire aux générations suivantes – et qui l’a fait avec une véritable passion. L’association faîtière juive exprime à la famille et aux amis d’Eduard Kornfeld sa profonde sympathie et ses sincères condoléances.


Dans le documentaire «70 Jahre Freiheit: Schweizer Zeitzeugen des Holocausts kommen zu Wort»* Eduard Kornfeld et Gábor Hirsch racontent la façon dont ils ont vécu la libération des camps de concentration. Ce film a été présenté par la FSCI en 2015, à l’occasion de la Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah et 70 ans après la libération.

*N’existe qu’en allemand