Adieu à Edouard Selig

C’est remplie d’une profonde tristesse que la Fédération suisse des communautés israélites dit adieu à Edouard Selig. Le 4 novembre 2020, Edouard Selig nous a quittés à l’âge de 65 ans suite à une maladie fulgurante. Depuis 2012, il était membre du Comité directeur de la FSCI, responsable durant ces années du département des affaires sociales. La FSCI tient à exprimer à sa famille et à ses proches ses sincères condoléances et leur souhaite beaucoup de force face à cette dure épreuve.

Edouard Selig était un homme calme et réfléchi qui restera dans notre souvenir du fait de son infatigable engagement en faveur des écrits et de la littérature, juifs et hébraïques, et de son sens du devoir. Depuis 2012, la FSCI, dans son Comité directeur, a pu bénéficier avec confiance de ses vertus, de sa précieuse expérience et de sa volonté d’action. Il avait un flair remarquable pour les questions sociales et pour les personnes en difficulté. Aussi s’est-il occupé durant de longues années du département des affaires sociales et a-t-il siégé au comité directeur de la VSJF.

Un homme du livre

Edouard Selig est né à Zurich et a grandi dans cette ville et à Aarau. Il a très tôt fait preuve de sa volonté de s’impliquer et s’est engagé activement dans les associations de jeunesse. Jeune encore, il s’est rendu en Israël, où il a fréquenté une Yechiva à Jérusalem. À son retour, il a terminé avec succès ses études de droit à Zurich. Mais bientôt, il s’est recentré sur sa véritable vocation et est devenu bibliothécaire. Edouard Selig parlait de lui comme d’un rat de bibliothèque. Il a fait de cette passion sa profession et a créé une maison d’édition juive ainsi que la librairie Morascha, qu’il dirigeait en compagnie de sa femme Karin. Dans le cadre de ses activités éditoriales, il a publié la série de livres de prière « Schema Koleinu », qui a connu une grande notoriété dans l’espace germanophone et a été adoptée par plusieurs communautés juives. Sa nomination au poste de directeur de la bibliothèque Karger de la Israelitische Gemeinde Basel IGB a été une étape importante dans sa carrière. En sa qualité de gardien de cette éminente collection, il a investi beaucoup de temps et d’énergie dans le catalogage des objets et dans la modernisation numérique. Son opiniâtreté s’est exprimé ailleurs également. Durant des années, il a été professeur de religion à Bâle. Edouard Selig s’est engagé dans le comité de la Basler Loge ainsi que dans l’association Neuer Zirkel à Bâle. Son enthousiasme pour les échanges interreligieux lui a attiré une profonde estime. Nombre de personnes garderont en mémoire, avec reconnaissance, ses conférences et ses visites guidées dans la synagogue de Bâle.

Une grande perte pour la communauté juive

Sa disparition est pour la FSCI, mais aussi pour la communauté juive, une perte immense. Edouard Selig venait, il y a à peine deux semaines et demie, d’entamer son troisième et dernier mandat après sa réélection le 18 octobre par l’assemblée des délégués, assurant ainsi un rôle important de conseiller grâce à sa longue expérience. En son absence, due à la maladie, on lui avait attribué le ressort Culture qui lui tenait tant à cœur. Ce n’est pas sans fierté qu’il a appris, peu de temps avant son décès, qu’il venait ainsi d’être nommé « ministre juif de la culture » en Suisse. La famille de la FSCI ne pourra plus compter sur les innombrables services qu’il apportait à la communauté juive. Le président de la FSCI Ralph Lewin rend hommage à cet homme qui a pendant de nombreuses années, siégé au Comité directeur : « Edouard Selig était un infatigable homme d’action, au ton calme, réfléchi dans les débats, franc et cordial dans ses relations. Avec lui, la FSCI perd un précieux trésor d’expériences de vie qu’il lui sera difficile, sinon impossible, de retrouver désormais. Il nous manquera, à nous et à la communauté juive. » La FSCI tient à exprimer à sa famille et à ses proches ses sincères condoléances et leur souhaite beaucoup de force face à cette dure épreuve.