Enterrement du Prof. Alfred Donath

29.06.2010, Genf

Chers Léa, Michel, André, Marc, Ilana, Dahlia

Chère Famille endeuillée

Chers Amis

Mesdames et Messieurs

Durant un quart de siècle Alfred Donat a été membre de la fédération suisse des communautés israélites dans différentes fonctions. C’est une des plus importantes personnalités de la communauté juive de Suisse qui nous quitte, et un ami très cher. Il était un être dont la foi profondément ancrée transparaissait dans toutes ses actions et dont toutes les actions étaient ancrées dans la foi.

De 1974 à 1981 Alfred Donath a été membre du comité directeur. Il entra au comité central en 1989, puis réintégra le comité directeur en 1996. Il en prit la présidence de 2000 à 2008. En 2007 et 2008 il assura en outre la vice-présidence du Congrès Juif Européen.

C’est avec beaucoup de courage qu’il s’engagea aux côtés de son ami, le conseiller fédéral Pascal Couchepin, pour obtenir l’abolition de l’interdiction de shechita, l’abattage rituel. Il lui fallut encore plus de courage pour – suivant son instinct politique– retirer cette demande afin d’éviter une polémique antijuive.

Alfred Donath s’est également engagé à fond dans le dialogue interreligieux. C’est avec le pasteur Thomas Wipf qu’il créa en 2006 le Conseil Suisse des Religions.

En 2007, il organisa la cérémonie commémorative pour le 60e anniversaire de la conférence de Seelisberg, qui, en 1947, rassembla pour la première fois juifs, catholiques et protestants.

Ses visions et son enthousiasme pour de nouvelles idées ont su entraîner les autres vers de nouveaux horizons. Son immense expérience, sa modestie, sa gentillesse, son optimisme constant, son humour fin et pétillant et son respect de l’autre vont manquer à la FSCI, ils vont nous manquer à tous.

Personnellement, je suis profondément reconnaissant à Alfred pour son aide pleine de tact lorsque j’ai repris la direction de la FSCI, de même que pour ses conseils judicieux.

J’aimerais conclure avec les mots qu’Alfred a prononcés à la fin de son discours lorsqu’il quitta sa fonction de président de la FSCI à l’Assemblée des Délégués en 2008 : Il y a des juifs qui sont saints et accomplissent toutes les «mitsvot» : Dieu est là pour eux. Il y a aussi les juifs qui ne pratiquent la religion que pour des raisons de piété familiale: Dieu est là pour ceux-ci aussi. Il y a enfin ceux qui seulement n'adorent aucune idole, et restent juifs. Dieu est là pour ces juifs également. Ce que je veux dire, c'est que, quel que soit le degré de pratique de la religion, Dieu est là pour tous. Tous pour un seul Dieu, un seul Dieu pour tous.

Chère Famille, ce sont de telles paroles qui nous ont profondément marqués et qui nous rappelleront toujours Alfred.

Alfred, merci pour tout !