Les communautés religieuses exigent davantage de protection pour les réfugiés

Pour la première fois, juifs, chrétiens et musulmans, tous réunis au sein du Conseil suisse des religions, publient une déclaration commune sur les réfugiés. La communauté religieuse juive est représentée par la Fédération suisse des communautés israélites FSCI. Les communautés religieuses représentées au sein du Conseils invitent leurs membres à s’engager en faveur des réfugiés. En même temps, elles en appellent à l’État et au monde politique en leur enjoignant d’assumer leurs responsabilités face aux besoins des réfugiés. Le projet est soutenu par l’organe onusien d’entraide pour les réfugiés, un partenaire de longue date des communautés religieuses engagées dans le monde entier. La cérémonie solennelle de signature de la déclaration a lieu aujourd’hui à Berne. La cérémonie solennelle de signature de la déclaration a lieu aujourd’hui à Berne.

Quand il est question de protection des réfugiés et de leur intégration, les communautés religieuses et leurs organisations ont un rôle essentiel à jouer. Face à cet état de fait, l’ancien Haut Commissaire pour les réfugiés et actuel Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a lancé en 2012 le dialogue international « Foi et protection des réfugiés ». Dans cet esprit, les communautés religieuses devraient aussi à l’avenir s’engager pour la protection des réfugiés. Les communautés religieuses représentées dans le Conseil suisse des religions ont donné suite à cette sollicitation et endossent aujourd’hui un rôle de pionnier en lançant leur déclaration commune sur les réfugiés.

Cinq appels à une bonne protection des réfugiés

Suivant cette conception, les communautés religieuses lancent ensemble cinq appels visant la politique suisse en matière de réfugiés, qu’elles ont publiés aujourd’hui sous forme d’une déclaration commune. Elles y traitent de la protection sur place, qui doit être un objectif important de la politique suisse des réfugiés et des affaires étrangères. En Suisse, il faut des procédures d’asile équitables et efficaces, dans lesquelles soit intégralement appliquée la définition du réfugié au sens de la Convention de Genève relative au statut des réfugiés. Ainsi, les personnes touchées par une guerre civile devraient bénéficier du statut de réfugié au lieu d’une admission temporaire. De même, le droit à la vie de famille doit absolument être pris en compte, ainsi que la nécessité d’une intégration rapide des réfugiés. Dans ce domaine en particulier, les communautés religieuses peuvent apporter leur contribution en lançant, assumant ou soutenant le travail bénévole, l’aide entre voisins et des initiatives individuelles. La déclaration rappelle aussi combien le respect des règles locales de la part des réfugiés est fondamental pour qu’ils puissent s’intégrer et devenir membres de la société à part entière. Il va de soi que les valeurs inscrites dans la Constitution fédérale valent aussi pour eux. Par ailleurs, pour les personnes qui ne remplissent pas les critères d’octroi d’une protection, il est appelé à la pratique d’un renvoi dans la dignité. En font partie les standards en matière de droits humains lors de l’exécution du renvoi et l’observation du principe de l’intérêt de l’enfant dans toutes les situations. Le cinquième appel de la déclaration interreligieuse sur les réfugiés, le plus présent dans l’actualité politique, concerne la réinstallation, ou resettlement en anglais : il est concrètement demandé à l’État et au monde politique de faire de la réinstallation de réfugiés en provenance de régions en crise un instrument institutionnel de long terme de la politique suisse de l’asile.

Le HCR parle d’un « projet phare »

Le Bureau du HCR pour la Suisse et le Liechtenstein a soutenu la réalisation de la déclaration interreligieuse sur les réfugiés. Selon Anja Klug, cheffe de ce Bureau et donc représentante du HCR en Suisse, le dialogue national est très important : « La déclaration interreligieuse sur les réfugiés, qui est le fruit d’une collaboration entre le HCR et les communautés religieuses en Suisse, est un véritable projet phare, dont nous espérons qu’il fera école dans d’autres pays. »

La cérémonie solennelle de signature de la déclaration a lieu aujourd’hui à Berne en présence de représentantes et de représentants de la communauté religieuse et du HCR ainsi que, en qualité d’invitée, de Marina Carobbio Guscetti, vice-présidente du Conseil national. Dans les jours qui viennent aura en outre lieu en Suisse, avec les instances fédérales concernées, un échange relatif à la déclaration sur les étrangers.

Plus d'informations : https://www.5appelle.ch

Téléchargement :

Déclaration interreligieuse sur les réfugiés

5 appels aux communautés religieuses pour la protection des réfugiés

Diese News als PDF


Social

Diese Seite teilen